Décortiquons le mot « Euphémisme »

Le mot du champion

Décortiquons le mot « Euphémisme »

Décortiquons le mot « Euphémisme »

L’origine

Le mot euphémisme vient du grec euphemismos, qui se décompose en eu, racine signifiant « bon », et pheme, signifiant « parole ». Étymologiquement, un euphémisme est donc une bonne parole.

Aujourd’hui, en français, un euphémisme est l’utilisation de mots adoucis pour exprimer une idée crue, une idée choquante.

Par exemple, on peut parler par euphémisme, on peut employer une tournure ou un mot par euphémisme.

Exemples

Balayons quelques domaines où on parle souvent par euphémisme. Vous allez constater que l’euphémisme est omniprésent.

Tout d’abord, la politique.

Dire les pays en voie de développement ou les pays les moins avancés au lieu de les pays pauvres est un euphémisme.

On parle aussi d’évènements ou de pacification là où une guerre est bel et bien déclarée.

L’utilisation soutenue de l’euphémisme en politique a donné naissance à l’expression récente politiquement correct.

Autre domaine, la mort.

Au lieu de dire abruptement il est mort (même si, finalement, c’est la triste vérité), il existe quantité d’expressions comme il est parti, il s’en est allé, il nous a quittés, etc.

Autre domaine fourmillant d’euphémismes, la sexualité.

L’acte sexuel est désigné par le verbe coucher, s’aimer, par les noms câlin, étreinte. Le langage biblique utilise même le mot connaitre. Textuellement, en français : « Adam connut Ève. »

Bref, l’euphémisme règne dans les domaines tabous, où il est de bon ton de ne pas blesser, de ne pas choquer. L’euphémisme ménage les susceptibilités.

Recommended Posts