Décortiquons le mot « Pouvoir »

Le mot du champion

Décortiquons le mot « Pouvoir »

Décortiquons le mot « Pouvoir »

La conjugaison

Le verbe pouvoir mérite qu’on s’arrête un instant sur sa conjugaison.

Au présent de l’indicatif, le verbe pouvoir se conjugue ainsi : je peux, tu peux, il peut. Jusque-là, rien de révolutionnaire. Mais aviez-vous remarqué que, dans une interrogation avec inversion du sujet, la forme avec je – et seulement celle-là – change ? Ça donne puis-je ?, peux-tu ?, peut-il ? et non pas *peux-je ?

Pour être complet, précisons qu’il est aussi possible d’utiliser puis dans une phrase déclarative, dans un registre soutenu. À la forme affirmative : si je puis me permettre, si je puis dire. À la forme négative : je n’en puis plus.

La forme puis du présent n’est pas un cas unique dans la conjugaison de pouvoir. Au subjonctif, on retrouve que je puisse, que tu puisses, qu’il puisse.

Autre particularité de la conjugaison du verbe pouvoir, son impératif. L’impératif du verbe chanter, rappelez-vous, c’est chante, chantons, chantez. La particularité du verbe pouvoir, c’est que son impératif n’existe pas !

Dans la même famille

La famille de pouvoir prend des formes variées. On trouve le radical puiss (puissant, puissance, impuissant, impuissance), le radical poss (possible, possibilité, impossible, impossibilité), le radical pot (impotent, littéralement « impuissant », c’est-à-dire « invalide, infirme » ; omnipotent, c’est-à-dire étymologiquement « tout-puissant » ; potentiel, qui signifie « en puissance, virtuel » ; ventripotent, littéralement « puissant du ventre », c’est-à-dire « bedonnant »).

Recommended Posts