H muet et H aspiré

L’astuce du champion

H muet et H aspiré

H muet et H aspiré

Quelles sont les différences entre le h muet et le h aspiré ?

Définitions

On appelle h muet un h écrit qui n’a aucune influence sur la prononciation, et dont on n’entend donc pas du tout la trace en parlant. À l’inverse, un h dit « aspiré », en début de mot, marque l’impossibilité pour ce mot de se lier dans la prononciation au mot qui précède. Il n’y a alors ni liaison ni élision.

Des exemples

Le mot homme commence par un h muet. On écrit donc l’homme avec l, apostrophe, et on prononce des hommes en faisant la liaison avec [z]. De même pour les mots l’honneur, l’habitude, l’herbe ou encore l’histoire.

Inversement, le mot hauteur commence par un h aspiré. On écrit donc la hauteur, sans apostrophe, et on prononce les hauteurs sans faire la liaison entre [e] et [o]. Voici d’autres mots commençant par un h aspiré : le haricot, la honte, la hiérarchie, le handicap. Donc la prononciation les [z] haricots n’est pas admise, contrairement à une légende urbaine tenace.

Notez que les dérivés de ces mots gardent le même type de h que le mot de base.

Les cas particuliers

Le mot héros, qui comporte un h aspiré empêchant l’élision quand on dit le héros, ne l’a pas transmis au féminin l’héroïne, qui a un h muet.

Remarque

Quelques mots commençant par une voyelle, mais sans h à l’écrit, se prononcent comme s’ils commençaient par un h aspiré ! On dit par exemple le onze, le oui, tous sans apostrophe.

Une curiosité : pour ouate (le coton), on peut faire la liaison ou pas, au choix. On dira donc de l’ouate ou de la ouate.

Le y, quand il est utilisé devant une voyelle, a une valeur de consonne. On ne fait donc ni élision ni liaison. Le yaourt, le yak, le yin et le yang, sans faire l’élision, des yourtes (ce sont des tentes mongoles), sans faire la liaison. Trois exceptions : yeux, yèble (c’est un sorte de sureau) et yeuse (c’est un chêne vert). On dit bien les yeux, y, e, u, x, en faisant la liaison avec [z].

Recommended Posts