Quand le P final ne se prononce pas

L’astuce du champion

Quand le P final ne se prononce pas

Quand le P final ne se prononce pas

Quels sont les mots qu’on écrit avec un p final non prononcé ?

La difficulté

Les consonnes muettes finales sont nombreuses en français, et il n’est pas toujours facile de les détecter. Pour savoir quand écrire, par exemple, un p muet final, il est toujours bon de se raccrocher aux familles de mots. En effet, le p se fait entendre dans des mots apparentés ou simplement dans des dérivés.

Des exemples

Vérifions cela dans quelques exemples. Qu’est-ce qu’on trouve, comme mot se terminant par un p qui ne se prononce pas ? Un camp, un feu de camp : on campe ! Un champ : un garde champêtre. Un drap : draper. Un coup, c, o, u, p, et un loup, l, o, u, p : couper et louper (eh oui ! ces deux verbes sont bien apparentés à ces deux noms).

Beaucoup est de la famille de coup, c, o, u, p, trop de la famille de troupeau.

Citons encore sparadrap, apparenté à drap, cantaloup, qui désigne une variété de melon, et qui vient du nom propre Cantalupo, et enfin galop, qui a été tiré du verbe galoper.

Le cas particulier

Le seul qui est un peu particulier, c’est sirop, s, i, r, o, p, qui a donné le verbe siroter bien qu’il existe aussi l’adjectif sirupeux.

Remarques

Les mots composés à partir des mots que nous avons vus, en toute logique, prennent aussi un p muet final : sur-le-champ, un contrecoup, un chien-loup, un pèse-sirop, et cetera.

Terminons en rappelant que le p final de trop est censé s’entendre, en liaison, devant une voyelle : vous être trop aimable.

Recommended Posts