webleads-tracker

Adjectifs se terminant par le son [ɛ̃] (in, en…)

L’astuce du champion

Adjectifs se terminant par le son [ɛ̃] (in, en…)

Adjectifs se terminant par le son [ɛ̃] (in, en…)

Comment écrire le son [ɛ̃] quand on l’entend à la fin d’un adjectif ?

La difficulté

En français, le son [ɛ̃] est un son qui peut s’écrire avec une grande variété de combinaisons de lettres. Pour savoir s’il faut écrire i, n, e, n, e, i, n, a, i, n ou u, n, entre autres possibilités, on peut se fier à la famille du mot ou aux différentes formes qu’il peut prendre. C’est le cas avec les adjectifs, notamment lorsqu’ils ont une forme différente au masculin et au féminin.

L’astuce

Et, en l’occurrence, lorsqu’un adjectif au masculin se termine par la voyelle nasale [ɛ̃], celle-ci disparait normalement dans la prononciation du féminin et laisse la place à une autre voyelle, plus facile à identifier, qui met sur la piste de l’orthographe du [ɛ̃] du masculin. Quelques exemples pour mieux comprendre. Observez ces alternances : divine, divin, donc i, n, importune, importun, donc u, n.

Pour i et u, pas de problème, puisque ces voyelles sont identifiables au féminin. En revanche, les finales de féminin en [ɛn] e, deux n, e, e, i, n, e et a, i, n, e se prononçant de la même façon, on doit plutôt rechercher des mots de la même famille. Par exemple : américaniser avec a, donc américain, avec a aussi, a, i, n, urbanisme avec a, donc urbain, a, i, n. De même, sérénité avec e, donc serein, e, i, n.

On remarque enfin également que les adjectifs en e, n sont souvent formés à partir de noms terminés par un e muet : crâne, crânien, e, n, microbe, microbien, e, n.

Remarque

Ces principes valent également pour les noms se terminant par [ɛ̃] lorsqu’ils possèdent un masculin et un féminin différenciés : une concubine, un concubin, i, n, magique, qui se termine par un e muet, donc un magicien, e, n.