webleads-tracker

Faut-il un trait d’union dans les mots commençant par auto ?

L’astuce du champion

Faut-il un trait d’union dans les mots commençant par auto ?

Faut-il un trait d’union dans les mots commençant par auto ?

Faut-il écrire les mots commençant par auto avec un trait d’union ?

La règle

Les mots formés avec le préfixe auto, tiré du grec et signifiant « soi-même », s’écrivent sans trait d’union. Ces mots sont assez nombreux en français et il s’en crée régulièrement de nouveaux. La règle que je viens d’énoncer vaut aussi pour ceux qui n’existent pas encore !

Des exemples

On écrit donc autobiographie en un seul mot, et de même pour autoportrait, autorégulation, autopropulsion, s’autofinancer, et cetera. Dans tous ces mots, le préfixe auto est suivi d’une consonne. Mais on le retrouve aussi en formation avec des mots commençant par une voyelle : autoanalyse et autoérotisme, par exemple. Et, même devant un a ou un e, il se lie à la base sans trait d’union.

Les exceptions

En revanche, devant une base commençant par un i, on a besoin d’un trait d’union pour éviter la rencontre des lettres o et i, qui pourraient être lues [wa]. On écrit donc auto-intoxication, auto, trait d’union, intoxication, ou encore auto-infection.

À ce jour, les dictionnaires courants ne référencent pas de mots formés avec auto et une base commençant par o ou u. Avec les mots commençant par o, il n’y aurait pas besoin de trait d’union : autoorganisation en un seul mot, donc avec deux o consécutifs, conformément aux rectifications de l’orthographe de 1990. En revanche, avec les les mots commençant par u, il faudrait employer le trait d’union, pour éviter que o et u ne soient lus [u].