Décortiquons le mot « Espiègle »

Le mot du champion

Décortiquons le mot « Espiègle »

Décortiquons le mot « Espiègle »

L’origine

Le mot espiègle vient du nom d’un personnage de la littérature allemande du xvie siècle nommé Till Eulenspiegel. C’est un personnage bouffon, farceur. C’est naturellement que l’adjectif espiègle qualifie aujourd’hui, en français, un enfant malicieux mais inoffensif. C’est donc un synonyme de coquin, malin, farceur, vif, polisson, fripon. D’autres synonymes, peut-être moins courants : lutin (l’adjectif), badin, mutin.

On parle aussi d’un air espiègle, d’une humeur espiègle.

En allemand

Les germanophones noteront que Eule signifie « chouette » en allemand et Spiegel « miroir ». La chouette et le miroir sont en effet deux attributs du personnage.

Pour terminer cette parenthèse, vous pouvez rattacher le mot Spiegel à l’hebdomadaire allemand créé dans l’après-guerre Der Spiegel, qu’on pourrait donc traduire par Le Miroir.

Dans la même famille

On trouve le dérivé une espièglerie, qui désigne le caractère espiègle d’un enfant ou l’action d’un enfant espiègle. Exemple : être victime des espiègleries de son neveu.

L’adverbe espièglement existe aussi. Exemple : le petit garçon guettait espièglement le moment où la boulangère lui offrirait des friandises.

Recommended Posts