webleads-tracker

Dans quels cas emploie-t-on le tréma ?

L’astuce du champion

Dans quels cas emploie-t-on le tréma ?

Dans quels cas emploie-t-on le tréma ?

À quoi sert le tréma ? Dans quels cas l’emploie-t-on ?

La règle

Dans un groupe de deux voyelles, le tréma se place sur l’une d’elles pour marquer qu’elles se prononcent séparément. On le trouve sur les voyelles i, e et u.

Des exemples

On trouve un tréma sur i dans des mots comme maïs, qu’on ne prononce donc pas [mɛ], héroïque, qu’on ne prononce donc pas *[eʁwak], dans tous les mots en oïde, comme hémorroïde, dans des dérivés de mots en o, héroïne, ghettoïser, et encore dans la conjugaison des verbes haïr et ouïr : il haïssait, h, a, i tréma, j’ai ouï une histoire à ce sujet, o, u, i tréma.

Le e tréma se retrouve dans Noël, Israël, canoë. On l’utilisait autrefois dans poème, où il a été supplanté par l’accent grave, celui-ci pouvant aussi jouer le rôle de séparateur de deux voyelles.

Quant au u tréma, depuis les rectifications orthographiques de 1990, on le rencontre dans aigüe, ambigüe (au féminin), g, u tréma, e, ambigüité, contigüité, g, u tréma, i, et cetera.

Les exceptions

Parfois, le tréma ne sert pas du tout à disjoindre deux voyelles, mais il est la marque d’un nom propre (souvent germanique) dont provient le mot : angström (c’est une unité de longueur), günz (c’est une des grandes glaciations de l’ère quaternaire).

Remarques

À l’intérieur d’un mot, il arrive que la lettre h joue le même rôle qu’un tréma. Autrement dit, les voyelles de part et d’autre du h se prononcent séparément. Exemples : cahier, ahurissement, prohibition.

Notez qu’on ne met jamais de i tréma après un e accent aigu : caféier, absentéisme, spontanéité, séisme, pléiade. Le tréma est inutile puisqu’on ne peut pas prononcer e accent aigu, i autrement que [ei].