webleads-tracker

Décortiquons le mot « Paradoxe »

Le mot du champion

Décortiquons le mot « Paradoxe »

Décortiquons le mot « Paradoxe »

L’origine

Paradoxe vient du grec. Il est composé de para, qui signifie « à côté », et de doxa, qui signifie « opinion », « croyance, dogme » et « ce à quoi on s’attend ».

Paradoxe signifie donc, initialement, « ce qui est contraire à l’opinion commune ».

Ce sens étymologique est resté en français. Plus communément, le paradoxe désigne ce qui surprend, ce qui est inattendu, ce qui est illogique. Il est alors synonyme d’absurdité, bizarrerie, contradiction.

Par exemple, déclarer refuser la modernité et se procurer le dernier smartphone – pardon, le dernier ordiphone –, c’est un paradoxe.

Le problème de l’origine de l’œuf et de la poule, c’est aussi un paradoxe.

La logique et la philosophie des sciences ont soulevé bon nombre de paradoxes.

Dans l’histoire des paradoxes, le plus connu est peut-être le paradoxe du menteur qui s’énonce ainsi : « J’affirme que je mens. »

Soit je mens, et alors mon affirmation est vraie. Soit je dis vrai, et alors je mens. On arrive dans tous les cas à une contradiction. Je vous laisse méditer là-dessus.

Dans la même famille

On trouve l’adjectif dérivé paradoxal : un raisonnement paradoxal, une situation paradoxale. Un stade du sommeil est le sommeil paradoxal.

Un autre dérivé est l’adverbe paradoxalement.