webleads-tracker

Décortiquons le mot « Métaphore »

Le mot du champion

Décortiquons le mot « Métaphore »

Décortiquons le mot « Métaphore »

L’origine

Le mot métaphore vient d’un mot grec composé des racines méta et phore. Phore signifie simplement « porter ». Le mot méta, lui, est plus compliqué. Il signifie, proprement, en grec, « au milieu de, avec, parmi » et entre aussi dans la composition de nombreux mots grecs, apportant des idées, plus abstraites, de suite, de succession et, surtout, de changement.
La métaphore, c’est donc, en grec, l’action de porter avec changement, autrement dit l’action de transporter.

Au passage, ce n’est pas étonnant si les mots grecs commençant par méta ont souvent un équivalent latin commençant par trans. Le grec méta-phore se traduit par le latin trans-port. Trans véhicule parfaitement ces notions de succession et de changement.

La définition

Une métaphore, en français, est une figure de rhétorique qui consiste à changer le sens d’un mot au sein d’une comparaison.

Prenons un exemple. Quand on dit cet homme est une tombe, on modifie le sens du mot tombe pour lui donner le sens de « personne silencieuse, secrète » tout en comparant l’homme à cette personne silencieuse. C’est donc une métaphore.

Différence avec la comparaison

La comparaison, à proprement parler, en rhétorique, s’appuie sur un mot support (le plus souvent comme ou tel) alors que la métaphore, plus subtile, ne comporte aucun mot de comparaison.
Revenons à notre exemple de la tombe. Quand on dit cet homme est muet comme une tombe, le mot comme est explicite. C’est donc une comparaison.
En revanche, quand on dit cet homme est une tombe, il n’y a plus de mot de comparaison. C’est donc ici une métaphore.